• Informatique

    Analyse et développement

    pars à la rencontre de Jean-Marc Verdure

  •  

    Tu as un bon esprit d’analyse ?

    Tu es rigoureux.se et méthodique ?

    Tu as des talents pour résoudre les problèmes ?

    Tu aimes travailler en équipe ?

    La technologie te passionne et tu es prêt.e à évoluer avec elle ?

     

    Cette profession, qui ne manque pas de débouchés, devrait te permettre de valoriser tous ces points forts.

  • Analyste-programmeur.se, ça t'intéresse ?

    Apprends-en davantage !

  • Qu'est-ce qu'un.e analyste-programmeur.se ?

    L'analyste-programmeur.se, analyste-développeur.se ou tout simplement développeur.se crée des applications ou logiciels informatiques qui répondent aux besoins des utilisateurs. Il.elle écoute, analyse et interprète ces besoins et ensuite les traduit dans un langage de programmation compréhensible par un ordinateur. Il.elle peut aussi développer des sites web ou des apps, ajouter des fonctionnalités à des logiciels existant ou faire communiquer entre eux plusieurs logiciels, progiciels (logiciels standards) ou objets connectés.

  • L’Informateur de l'OIP :

    Jean-Marc Verdure est belge et a 56 Ans. Il a découvert sa passion pour la programmation au cours de ses études secondaires sur les premiers ordinateurs personnels Apple II de l’ISMA. Il est titulaire d’un Master en Informatique de l’Université de Namur et a occupé au cours des 20 dernières années des fonctions de senior management IT en Belgique, France, Pays-Bas et Luxembourg pour le groupe bancaire Fortis, la société d’administration des fonds d’investissement EFA et le Groupe énergétique Luxembourgeois Encevo / Creos dont il est le Chief Information Officer depuis 5 ans.

  • 6 questions pour Jean-Marc

    pour en savoir plus sur le métier d'analyste-programmeur.se

  • 1) POURQUOI choisir ce métier ?

    Nous vivons dans une société de plus en plus digitale. Cette transformation impacte nos modes de vie, notre façon de consommer, de produire, de payer, de décider, de jouer. L’analyste-programmeur.se est un des principaux artisans de cette transformation et ceci tous secteurs confondus : industrie, finance, énergie, logistique, distribution, enseignement, recherche… Tous digitalisent leurs processus internes ou leurs interactions avec les clients. Plusieurs développent des services qui sont exclusivement digitaux, qu’il n’aurait pas été envisageable de créer sans les nouvelles technologies digitales et leur adoption massive par la population. C’est donc un métier varié, au centre de l’innovation, fait de rencontres, de recherche, de découvertes, de créativité et ouvert sur un grand nombre de débouchés.

  • 2) Avec QUI travaille-t-on dans ce métier ?

    L’analyste-programmeur.se travaille le plus souvent dans une équipe sous les directives d’un.e chef de projet et participe avec lui.elle à l’analyse des besoins des utilisateurs ou des clients en vue de définir le cahier des charges, un document qui résumera les attentes de ces utilisateurs ou clients. Il.elle entretient également des contacts étroits avec les utilisateurs et d’autres spécialistes informatiques comme les gestionnaires de bases de données, les architectes de solutions informatiques, les agents responsables du support utilisateurs ou les spécialistes de la sécurité informatique.

  • Pose toutes tes questions à Jean-Marc

    en rejoignant son équipe "Microsoft Teams"

  • 3) En QUOI consiste cette profession ?

    Le métier commence par une analyse des besoins fonctionnels (fonctionnalités attendues, données à gérer) et non-fonctionnels (exigences de sécurité, de confidentialité des informations, de performance). Partant de là, le.la développeur.se va entamer la conception du programme (structure des données et algorithmes des traitements) et évaluer une ou plusieurs solutions techniques en collaboration avec un architecte IT.

     

    Développer un logiciel, c’est comme construire une nouvelle maison dans une ville, il faut de bonnes fondations, une bonne architecture et même de bons principes d’urbanisation pour que tous les échanges de données fonctionnent bien.

     

    Enfin, il.elle va traduire les fonctionnalités recherchées dans un langage informatique. Les 5 langages de programmation les plus populaires sont Javascript, Python, Java, PHP et C / C++ (Redmonk, Q1 2020). Le programme sera ensuite testé en collaboration avec les utilisateurs puis mis en production, c’est-à-dire exploité par les utilisateurs ou les clients.

     

    Le.la développeur.se prend également en charge la maintenance corrective (les fameux bugs !), adaptative (évolutions nécessaires en regard de l’environnement informatique) et évolutive (nouvelles fonctionnalités demandées par les utilisateurs). Il.elle documente chacune des étapes pour faciliter la maintenance de l’application, rédige un mode d’emploi à l’attention des utilisateurs et peut également organiser des formations.

     

    Quelles sont les qualités requises pour la profession ?

    Comme dans toute profession il faut du « savoir-être » et du « savoir-faire ».

    • Savoir-être: capacités à travailler en équipe, capacités d’analyse, écoute et communication, rapidité d’adaptation, rigueur et méthode.
    • Savoir-faire: méthodologie d’analyse et de développement (classique, agile, devops…), modélisation des données et des traitements, langages et outils de programmation et de gestion du code, bases de données, compréhension des concepts techniques d’une infrastructure informatique et du cloud (serveurs d’application, serveurs, stockage, réseau, sécurité). 

    Pas de panique, tous les cycles de formation fournissent les bases nécessaires au développement de ce savoir-faire!

  • 4) OU cette profession s’exerce-t-elle ?

    L'analyste-programmeur.se peut exercer et développer ses talents dans une entreprise qui, pour des raisons stratégiques, souhaite garder le contrôle de son informatique et recruter ses propres informaticiens. Il.elle peut aussi rejoindre une SSII (Société de Services et d’Ingénierie Informatique). Enfin, certains développeurs choisissent également une voie de free-lance (indépendant) allant jusqu’à développer du code à distance.

     

    La première voie permet de s’investir dans le développement d’une entreprise, de voir les résultats concrets de son travail. La seconde amène à changer fréquemment de clients mais offre une grande variété et permet souvent de gagner plus rapidement en expertise. La voie de freelance est quant à elle à réserver aux développeurs expérimentés qui ont un esprit d’entrepreneur.

     

    L’analyste-programmeur peut également rejoindre une société dont le métier est le développement de progiciels standards (comptabilité, gestion des ressources humaines, gestion de stock…).

  • 5) QUAND exerce-t-on cette profession ?

    On peut professer dès l’obtention d’un diplôme. Les SSII sont particulièrement ouvertes au recrutement et au développement continu de jeunes collaborateurs. Dans une entreprise, les informaticiens.ennes ont la contrainte et la chance de devoir développer rapidement un second métier car on ne fait pas de l’informatique pour l’informatique mais pour une banque, une assurance, une industrie… Une bonne compréhension des processus métiers est essentiel pour son évolution de carrière.

  • 6) COMMENT devenir analyste-programmeur.se

    et rester au top dans sa profession?

    Les bacheliers (type court) et les masters (de type long et universitaire) en informatique donnent accès à diverses fonctions dont celle d'analyste-programmeur.se. Une orientation « Informatique de Gestion » est à privilégier. Il existe d'autres possibilités de se former via le Forem et les Instituts de promotion sociale (cours du soir). Le site mesetudes.be donne des informations sur les universités, hautes écoles et instituts de promotion sociale pour chaque province.

     

    Comme toutes les professions informatiques, celle-ci nécessite de rester à la page, d’être curieux, de suivre les évolutions technologiques, de s’y former, de les tester. Toutes les entreprises n’ont pas une politique aussi généreuse en matière de formation continue. C’est donc un point à considérer, au-delà du salaire.

     

    Un.e analyste-programmeur.se peut évoluer dans une filière d’expertise en devenant un analyste ou développeur.se senior, en se spécialisant dans les applications mobiles ou dans un métier spécifique comme l’énergie par exemple. Il peut aussi embrasser une carrière de chef de projet ou de manager d’une équipe de développement. Mais ces deux dernières évolutions ne conviennent pas à tous et ne sont pas indispensables.

     

    Les entreprises sont maintenant prêtes à fidéliser et rémunérer très correctement des informaticiens qui se spécialisent en développement durant toute leur carrière.

  • Tu souhaites prendre contact avec Jean-Marc ?

    Pose-lui toutes tes questions !